Vous êtes un survivant, et votre destin est d'affronter ce monde devenu hostile pour l'être humain. Parcourez donc les ruines de Washington DC, et vivez votre vie en grand ... Avant de mourir. [Post-apocalyptique]
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Tiens cadeau! J'pensais que ça te plairais peut-être! Feat Ella

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Voyageurs
Date d'inscription : 22/03/2015
Messages : 98
avatar
Voyageurs
Erwan Ashton
MessageSujet: Tiens cadeau! J'pensais que ça te plairais peut-être! Feat Ella Mar 29 Sep - 21:22




« Tiens cadeau! J'pensais que ça te plairais peut-être!  » Feat Ella


Little Odessa. Cette petite ville où ont peut passer une nuit sans soucis. Dire qu'à coté de cette ville moisi y a une décharge remplit de trésors. Du moins quand on sait les trouver. Comme moi et Ellanna! Je suis doué sans me vanter pour trouver pas mal de truc. Mais Ellanna aussi se débrouille vraiment bien! Caché dans mon sac je sais qu'il y a un cadeau pour elle. Pour la remercier de tout ce qu'elle a fait pour moi et pour m'excuser de mon comportement de merde avec elle. Ouais je sais c'est minable et alors?!

Enfin on avait bien remplit nos sac avec Ellanna et soudain Ellanna m'avait montrer les vieux bureau. Ouais je n'y avais pas vraiment pensé. Peut-être la trouille enfin ça m’étonnerais. J'avais ouvert le porte d'un puissant coup de pied une dague dans un main un pistolet dans l'autre près à tuer le moindre truc avec trop de tentacule ou autre qui se précipiterais devant moi. On avait réussis à mettre la main sur de vieux bouquins et sur pas mal de stock de papier ainsi que pas mal de stylo que je laissais à Ellanna. Elle en avait plus besoin que moi. c'était tout juste si je savais écrire. Je sentis mes poils se dressaient quand je pensais à la leçon d'écriture de Sam'!

On refit le tour avec soin mais il n'y avait plus grand chose. On s'installa en bas dans un grand bureau. peut-être celui du chef avant; Mais je n’en savais rien. Je commençais à faire avec Ellanna une leçon pour lui réapprendre à parler. C'était difficile mais j’espérais qu'elle puisse faire des progrès et qu'un jour j'arrive à lui redonner l'audition. Ouais je sais je suis trop gentil! Un soucis que j'aime bien mon esclave? Je crois que cette fois je réussis à lui faire prononcer bien le mot "Merci" et la phrases "Je m'appelle Ellanna". J'étais fier d'elle. J'attrapais son carnet. Vu son état je devais bientôt lui en acheter un autre. Si on n'en trouvait pas un ici. Je lui inscrivais rapidement avec la moitié des lettres en capital "Attend jé une surprise pour toi." Je lui rendis et fouiller dans mon sac avant de lui tendre le fourreau de la dague. Je l'avais fais ouvrager comme la poignée décorée d'oiseau et de fleur. Ils étaient magnifique et le fourreau et la poignée. Mais la lame d'un éclat froid en forme d'une double flamme était magnifique elle aussi. Je lui tendis avec un large sourire. J'articulais avec soin:

-Tiens c'est un cadeau.

Je me rassis face à elle en regardant son visage pour voir son expression.

C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P I C O D E
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esclaves
Date d'inscription : 17/03/2015
Messages : 33
avatar
Esclaves
Sarynn N. Estrella
MessageSujet: Re: Tiens cadeau! J'pensais que ça te plairais peut-être! Feat Ella Mer 28 Oct - 19:01



Pourquoi es-tu si gentil ?


Little Odessa, une charmante petite ville sans ennuis. Ouais c'est ça, mon cul oui. Little Odessa est la pire ville du monde, j'y ai passé les trois quarts de ma vie sur le marché noir. Cette bourgade est un coupe gorge. Pour changer. D’après ce que je comprends grâce à la plupart de mes sens, c’est une ville plutôt chiante mais silencieuse. Pour moi, de toute façon, cela ne fait pas grande différence. Le silence régit ma vie dans tous le cas.
Avec Erwan, comme d’habitude et par obligation, nous rentrions d’une journée chargée en matière de vol. Puis, sur le chemin du retour, un regain d’énergie avait émergé en moi. L’avidité que provoquait le vol en moi peut-être ? Non, je n’y croyais pas trop. Sans doute un moyen d’échapper au terrible ennui, au désespoir et à la nostalgie que m’offrait le petit camp auquel nous étions. Pas parce que je ne faisais rien, non, au contraire. Je travaillais, bien évidemment, remplissant ainsi pleinement ma condition d’esclave mais pas que. Effectivement, j’écrivais beaucoup et je dessinais énormément. Mais mon carnet est quasiment plein et est tellement usé que les pages tombent. Je vais devoir les relier moi-même avec du fil si je ne veux pas les perdre. Heureusement j’ai encore assez d’encre pour quelques mois. Le stylo usé que j’ai me suffira encore pour deux trois jours et ensuite, j’utiliserais celui que Samaël m’a si gentiment offert.
Alors, lorsque, fouillant dans les vieux bureaux délaissés depuis des années, Erwan avait trouvé des feuilles et des tas de stylos j’avais failli sauter de joie. Failli. J’avais une dignité tout de même. J’avais esquissé un demi sourire, j’avais hoché la tête et pris ce qui était désormais mien.
Alors que mon propriétaire faisait une dernière fois le tour des locaux, je descendais dans un bureau plus spacieux à l’étage en dessous. Quelques instants après, à peine, je m’adossais à un reste à moitié fondu par je ne sais quoi d’un meuble qui devait se trouver là avant puisqu’il y était maintenant. Je sortis un crayon de papier de ma poche et mon carnet.
Les épaules voûtées, le regard fixe, la main s’activant sur le papier, ce grattement incessant berçant mon coeur, tout en cela m’apaisait. Sous mes yeux s’esquissait les courbes d’un animal d’avant l’apocalypse que j’avais brièvement vu dans de vieux livres. Je ne savais pas s’il était réel et je m’en contrefichais. Il s’agissait d’une cheval doté d’une paire d’ailes. C’était grand et beau. Bientôt, j’avais fini de tracer les contours de sa tête et je commençais ses yeux. Presque tout dans mes dessins s’exprimait par les yeux. Généralement, j’y imprime de la tristesse ou de la peur. ais aujourd’hui je ne sais plus quoi faire. Pourquoi est-ce que je dois toujours être aussi déprimée ? Pourquoi exprimer cela par des dessins et non par des mots même écrits ? Agacée par mes propres pensées, je froissais la feuille et laissais tomber le dessin pour aujourd’hui.
De toute façon, Erwan venait tout juste de redescendre et, à son air, je devinai qu’une séance d’essai à parler s’imposait. Il avait toujours un air un peu… à la fois confiant et patient. Quand comprendrait-il enfin que je suis un cas désespéré ? Et moi ? Ai-je vraiment envie de parler si c’est pour que personne ne m’écoute ?Je ne sais pas. Je ne sais plus ce que je veux. Je sus comme une adolescente. Je change d'avis tout le temps, je ne sais pas qui je suis, ce que je veux et comment je vais l'obtenir. Je ne sais rien de ce qu'il adviendra de ma vie.
Suis-je condamnée à servir des centaines de maîtres ? Suis-je condamnée à offrir mes services à la Maison Close ? Suis-je condamnée à être libérée ? Dans ce cas de figure, que ferais-je ? Je serais seule, je ne saurais pas comment survivre... Non. Il faut absolument que je reste avec Erwan pour le moment. Il ne faut pas qu'il meure.
Reprenant mes esprits, je me rendis compte qu’il me tendait quelque chose, mon carnet sur lequel il avait écrit, et un paquet.

Attend jé une surprise pour toi

Ses lèvres articulèrent quelque chose.

… iens c'est un ca … eau.

Ok. D’accord. Attends. Quoi ? Un cadeau ? Pour moi ? Depuis quand je méritais d’avoir des cadeaux moi ? Bonne question ma fille, bonne question. Je pris le paquet avec précaution et en sortis une arme dans son fourreau. Une dague dont la poignée était décorée d’oiseaux et de fleurs y était sagement rangée. La lame avait la forme d’une double flamme et la lumière s’y reflétait parfaitement.
Je m’entaillais doucement le doigt. Si coupante…
Je levais les yeux vers lui et articulait un mot, un nouveau.

Merci E...wan

Satané “r”. Je n’arrivais jamais à les prononcer correctement. Rageusement, je pris mon carnet et inscrivit quelques mots dessus avant de le lui tendre.

On peut continuer la leçon s’il te plaît ? J’en ai marre de pas pouvoir m’exprimer.

© Codage by Ella'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ellanna-commandes.forumactif.org
Voyageurs
Date d'inscription : 22/03/2015
Messages : 98
avatar
Voyageurs
Erwan Ashton
MessageSujet: Re: Tiens cadeau! J'pensais que ça te plairais peut-être! Feat Ella Mer 28 Oct - 19:42




« Tiens cadeau! J'pensais que ça te plairais peut-être!  » Feat Ella


Ellanna semblait contente de mon cadeau. Tant mieux! J'avais vraiment voulu lui faire plaisir. Mais je pinçais les lèvres en la voyant se couper. Je posais mon sac et fouillais dedans pour en sortir une des boites de pansements que j'avais trouvé par dizaine dans l'une des salles de bain. Lui prenant la main je soignais son petit bobo qu'elle c'était infligé avant de lire ce qu'elle avait marqué sur son carnet.

-On peut continuer la leçon s’il te plaît ? J’en ai marre de pas pouvoir m’exprimer

Je lui souris, avec mon sourire charmeur, avant de lui ébouriffer les cheveux dans un geste amical. Je me redressais une nouvelle fois pour refaire le tour de l'immense bureau. Tiens j’avais pas visité ce casier! Je l'ouvris tout en réfléchissant à ce que je pouvais faire travailler à Ellanna. Dire son âge? Oui. Comment elle aller? Pourquoi pas. Si elle était blessé, et qu'elle avait des trucs à vendre,  demander son payement, dire qu'elle était libre? Je frémis légèrement en souriant. Ouais... Ça allait être mon cadeau en revenant à Utopia. Allais-je croiser Sam'? Peut-être. Je secouais la tête en pensant à cette rencontre plus que merdique.

Je trouvais enfin quelques chose d'utile dans les tiroirs. De nouveau pour Ellanna. Pas grave je n'avais besoin de rien. C'était des crayons de couleurs. Une petite vingtaine en très bon état. Il n'y avait rien d'autre à part des graphismes et de drôle de trucs avec une certaines forme...Euh... Non vaut mieux pas en parler! Je refermais le tout et retournais vers Ella' en lui donnant les crayons. M'asseyant en face d'elle je continuais la leçon avec calme et application exagérant les articulations des mots pour lui faire comprendre les sons la corrigeant patiemment à chacune de ses fautes. Erwan. Fallait peut-être que je lui apprenne à dire mon prénom, ainsi que le R! Bravo idée de génie à la bourre! Je lui posais ma main sur la gorge après avoir noté sur son carnet que pour le R il fallait essayer de rugir comme un lion ou un autre truc à crocs qui ressemblé à un chat. Je lui attrapais la main pour la poser sur la mienne, de gorge, et lui montrais avant de lui faire signe d'essayer. A chaque fois qu'elle échouait je lui faisais comprendre sans départir de mon sourire et de mon calme. C'était pas facile pour elle. Quand elle réussit je l'applaudis franchement avant de lui ébouriffée une nouvelle fois les cheveux. Elle avait apprit pas mal de chose aujourd'hui. j'attrapais son carnet

-Tu voeux continué pour ojourd'hui? Ou tu voeux arrêter? dédicace à Sam' :)

J'avais écris rapidement sans regarder mon orthographe je m'en fichais royalement à dire vrai. Je regardais Ella' attendant sa réponse.

C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P I C O D E
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Tiens cadeau! J'pensais que ça te plairais peut-être! Feat Ella

Revenir en haut Aller en bas
Tiens cadeau! J'pensais que ça te plairais peut-être! Feat Ella
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Tiens ça m'aurait étonnée !
» Chrétiens évangéliques atake vodouizant ak kout roch nan Cite Soley
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» Je ne pensais pas
» [RP ouvert] Insomnie quand tu nous tiens!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au Bout du Chemin :: Le jeu :: Nouveau Monde :: La Casse :: Anciens bureaux-